Déjà célèbre pour ses œuvres précédentes comme Your Name et Weathering with You, Makoto Shinkai a de nouveau démontré de nouveau l’an dernier avec Suzume son talent pour tisser des récits émouvants, ancrés dans une réalité poignante et embellis par une animation de toute beauté. Et comme souvent, une adaptation en manga a rapidement été mise en route afin de surfer sur le succès du long-métrage. Un titre qui arrive ce mois-ci en France grâce à Pika Edition, qui commercialise simultanément une autre adaptation en roman.


Suzume-tome-1

Suzume est une lycéenne ordinaire qui vit avec sa tante dans une petite ville portuaire de Kyushu au Japon. Sa vie est cependant mise sens dessus dessous lorsqu’elle rencontre Sôta, un jeune homme qui lui dit être à la recherche d’une “porte”. Lancée à sa poursuite, elle trouve dans la montagne une vieille porte au milieu de ruines. Inexorablement attirée vers elle, Suzume l’ouvre et découvre de l’autre côté un paysage qui transcende le temps et l’espace… Un paysage qui lui est étrangement familier… Mais sans le vouloir, elle libère un cataclysme qui pourrait causer la mort de millions de personnes ! Accompagnée de Sôta, victime d’un étrange sortilège, Suzume se retrouve contrainte d’entreprendre un périple à travers le Japon pour sauver l’humanité.

Suzume est édité chez Pika Edition et est vendu au prix de 7,70€.

Critique réalisée à partir d’un exemplaire fourni par l’éditeur.


L’histoire de Suzume, qui puise ses inspirations dans le séisme de Tôhoku de 2011, suit le périple de la jeune Suzume qui, après avoir ouvert une porte mystérieuse, se lance dans un périple à travers le Japon pour refermer ces accès déclenchant des catastrophes, le tout accompagné d’une mystérieuse chaise pouvant se mouvoir ainsi que parler. Un voyage fantastique où le temps et l’espace se confondent qui a été salué pour sa capacité à aborder des thèmes profonds tels que la perte, la résilience et l’espoir, tout en captivant visuellement par sa direction artistique et une animation fluide qui sont devenus la signature de Shinkai.

Lire aussi : Critique du manga Your Name. Another Side: Earthbound

Dans le passé, certaines adaptations en manga des œuvres de Shinkai fûrent de belles réussites, comme celle de The Voices of a Distant Star par Mizu Sahara qui avait su capturer l’essence de l’œuvre originale tout en apportant sa propre touche artistique. D’autres, telles que Your Name. Another Side: Earthbound, bien que très fidèles visuellement, offrirent un résultat beaucoup plus contrasté en raison du peu de valeur ajouté apporté à l’univers du film alors qu’il compilait des histoires parallèles. Dans le cas de Suzume, l’expérience s’avère quelque peu contrastée. Si le manga réussit à capturer l’essence de l’aventure de Suzume, le dessin de Denki Amashima ne parvient pas à égaler la délicatesse et l’expressivité de l’œuvre d’origine. Les illustrations manquent de cette finesse qui fait le charme des œuvres de Shinkai et cela se ressent particulièrement dans les visages des personnages, où le manga peine à transmettre les émotions complexes qui sont si cruciales à l’histoire.

En définitive, cette adaptation en mange offre une expérience narrative fidèle au film, permettant aux fans de prolonger l’expérience au-delà de l’écran, mais sans pour autant parvenir à capturer l’aspect visuel qui a tant contribué au succès de l’œuvre animée. Pour les fans de l’esthétique de Makoto Shinkai, cette adaptation pourrait certes ressembler à une occasion manquée, surtout lorsque l’on compare à ce qui a pu se faire d’autre dans le passé. Malgré cela, l’histoire reste captivante et mérite d’être (re)découverte, surtout pour ceux qui ont été touchés par le film.

Du même éditeur : Découvrez toutes nos critiques des mangas Pika Edition

Suzume tome 1
Suzume
Note des lecteurs0 Note0
7
Bon
En deux mots
Fidèle adaptation du long-métrage éponyme, Suzume pêche par un dessin qui ne fait pas vraiment honneur à l'esthétique, sublime, de l'œuvre de Makoto Shinkai. On a connu meilleur adaptation, même si le plaisir de se replonger dans l'univers du film est bien présent.