Annoncée avec éclat par les éditions Ki-oon en décembre, la série manga Kindergarten Wars a finalement fait son entrée remarquée en France en avril. Porté par d’importantes ambitions, l’éditeur a misé sur elle comme l’un des temps forts de 2024, en témoigne une campagne promotionnelle notable et la présence exceptionnelle de la mangaka You Chiba à Paris pour une séance de dédicaces. Trois tomes sont désormais disponibles, l’occasion de dresser un premier bilan.


Rita est la dernière recrue du “Kindergarten Black”, surnommé “la maternelle la plus sûre du monde”, qui accueille les rejetons de l’élite du pays. La réputation de l’établissement n’est pas usurpée : ses employés sont des criminels aguerris chargés de repousser toute attaque ! Rita elle-même est une tueuse légendaire qui, en échange d’une remise de peine, a accepté ce poste hors du commun… Mais cette experte du combat ne rêve que d’amour ! Pour elle, tout assaillant est un potentiel futur copain, à condition d’être beau et, surtout, de partager ses goûts bien tranchés. Cuisine, cinéma, personnalité… chaque adversaire est mis à l’épreuve avec un quiz sans concession, où la moindre erreur est punie de mort ! Trouvera-t-elle l’âme sœur sur le champ de bataille de cette maternelle ultra déjantée ?

Kindergarten Wars est édité chez Ki-oon et est vendu au prix de 7,95€.

Critique réalisée à partir d’un exemplaire fourni par l’éditeur.


Kindergarten Wars se distingue par son originalité, à l’image du parcours singulier de You Chiba, scientifique devenue mangaka suite à sa victoire dans un concours de Webtoon. Le manga réussit en effet un mélange audacieux d’ultra-violence, certes cartoonisé, de romance et d’humour noir. L’intrigue se déroule à l’école maternelle Black, réputée pour être la plus sécurisée au monde, où les enfants de personnalités de haut rang sont gardés par d’anciens criminels en quête de rédemption. Ces protecteurs improbables donnent une dynamique inattendue à l’histoire. Transformés en gardiens, ils font face à des menaces incessantes, mettant en lumière le contraste saisissant entre leur passé violent et leur rôle actuel. Rita, la protagoniste, est une nouvelle recrue qui lutte pour s’adapter à sa mission de protection, ses compétences en assassinat surpassant celles en garde d’enfants. Née dans une famille d’assassins, elle cherche l’amour, tombant facilement amoureuse, y compris des adversaires de l’école.

Présenté comme une comédie, le style graphique enfantin de Kindergarten Wars confirme cette direction, mais c’est la violence graphique qui surprend le plus. Le dessin innocent contraste fortement avec la brutalité de l’histoire, un choix qui dépasse la simple surprise pour devenir un élément central. Le ton comique prend le dessus, avec un humour absurde et des situations irréalistes où la mort et le chaos semblent n’avoir aucune prise sur le bonheur des enfants, toujours hilares, même en pleine fusillade. Pour donner une idée, l’ambiance qui s’en dégage fait fortement penser à des titres comme Spy Family ou encore (surtout ?) Mission: Yozakura Family pour son approche assez loufoque.

Lire aussi : Critique du manga Mission: Yozakura Family

Divertissant de bout en bout, le premier tome donne immédiatement envie de découvrir la suite. Si les deux premiers volumes offrent une série de chapitres humoristiques, le troisième dévoile une intrigue plus élaborée, promettant des rebondissements et une richesse narrative. L’affrontement entre Rita et Natasha, une tueuse impitoyable, devient central, opposant les deux femmes sur le plan physique et psychologique. You Chiba tisse habilement de nouveaux fils narratifs, laissant entrevoir des secrets cachés par la directrice et révélant en Lyla, derrière son air espiègle, un personnage crucial.

Du même éditeur : Découvrez toutes nos critiques des mangas Ki-oon

Kindergarten Wars
8/10

Excellent

Après trois tomes, plus de doute n’est possible sur les qualités de Kindergarten Wars. Drôle, violent, loufoque, et un poil attendrissant, le manga mélange avec réussite différents genre pour un cocktail délicieux. Les bases pour une série captivantes sont posées.