Au milieu de cette vague de remaster et autres portages plus ou moins travaillés qui déferle sur nos consoles depuis plusieurs années, il se trouve parfois des titres qu’on ne s’attendait pas à voir revenir. Alors que les plus anciens souhaitent le retour sur le devant de la scène de jeux comme Xenogears ou Chrono Cross, c’est SaGa Frontier qui a eu le privilège de se refaire une petite jeunesse en ce printemps 2021. Un titre hors norme, sorti à l’époque de l’âge d’or du J-RPG (et plus particulièrement de celui made in Squaresoft) et, qui déjà à l’époque, était réputé pour être particulièrement aride. Un constat qui s’avère encore plus d’actualité 23 ans plus tard.

Ce test de SaGa Frontier Remastered a été réalisé sur une version PlayStation 4 fournie par l’éditeur.

Considérée par beaucoup comme la meilleure année de l’histoire du jeu vidéo (avec des sorties comme The Legend of Zelda : Ocarina of Time, Starcraft, Soul Calibur, Metal Gear Solid, Half-Life et tant d’autres), 1998 fût également un cru exceptionnel du côté du J-RPG avec l’arrivée de perles comme Xenogears, Suikoden II ou encore Shining Force III. De manière plus générale, il s’agissait d’une époque où feu-Squaresoft brillait de mille feux, l’éditeur réussissant à exploiter à la perfection les capacités techniques de la PS One pour pondre des jeux de rôles qui ont marqué l’Histoire comme Final Fantasy VII (1997), Xenogears (1998), Final Fantasy VIII (1999) ou encore Chrono Cross (1999). Sans oublier les T-RPG que sont Final Fantasy Tactics (1997) et Front Mission 3 (1999). Tous extrêmement réclamés pour être portés sur les consoles de dernière génération depuis plusieurs années, seules les opus canoniques de la saga Final Fantasy ont pourtant bénéficié d’une remise au gout du jour, que ce soit par le biais de remasters ou de véritable remakes en profondeur. Malgré la ferveur populaire, c’est pourtant SaGa Frontier, un jeu bien moins populaire et beaucoup plus aride, qui a bénéficié d’un remaster que personne n’attendait vraiment. Un titre sorti en 1998, pile-poil entre Final Fantasy VII et Final Fantasy VIII, et qui était jusqu’alors inédit en Europe.

Une capsule temporelle en provenance des années 90

Se plonger dans SaGa Frontier Remastered en 2021 est une expérience hors du temps, comme ouvrir une capsule temporelle figée dans le début des années 1990 quand les J-RPG étaient encore franchement aride, que ce soit en terme de gameplay ou de narration. Une époque où les jeux ne s’embarrassaient pas de tutos pour expliquer leur gameplay et lâchaient le joueur avec une poignée de ligne de dialogues pour lui indiquer vaguement ce qu’il faut désormais faire. Déjà à l’époque, ces raisons avaient fait que SaGa Frontier fût la source de nombreuses sueurs froides à ceux qui l’avaient approché.

Fait rare pour l’époque, SaGa Frontier est totalement non linéaire dans sa construction avec la possibilité de faire les différents scénarios et les quêtes dans l’ordre que l’on veut. Pas de grande aventure à la Final Fantasy donc, mais sept histoires (plus une additionnelle pour ce remaster), pour autant de personnages, de quelques heures que l’on enchaine dans l’ordre que l’on veut. Un choix osé pour l’époque qui correspond à certaines attentes de notre époque. Mais en étant extrêmement avare en explications malgré la multitude d’embranchements possibles, le jeu voit sa progression être extrêmement obscure, obligeant quasiment à jouer avec une soluce sous les yeux sous peine de rapidement perdre ses nerfs.

Malgré l’importance apportée à l’aspect narratif avec un découpage en multiple scénario, c’est plutôt du côté du système de combat qu’il faut chercher le véritable sel de SaGa Frontier Remastered. Se déroulant dans un classique système de tour par tour, les affrontements sont très dynamiques et s’articulent autour d’un système de combos qui se déclenchent en fonctions des personnages déployés sur le champs de bataille. Les combats contre les boss s’avèrent particulièrement jouissifs, même si la difficulté, extrêmement mal gérée, rend le jeu follement punitif et oblige à des longues sessions de farm.

Un remaster qui arrondit légèrement les angles

Pour sa première intrusion sur le territoire européen, SaGa Frontier s’est paré de quelques ajouts rendant l’expérience plus agréable même si, fondamentalement, le cœur de l’expérience reste identique. Possibilité d’accélérer le jeu, de fuir les combats à coup sûr, sauvegarde automatique ou un New Game + permettant de lancer un nouveau scénario tout en gardant les statistiques de la partie terminée, SaGa Frontier Remastered offre tout un tas de petits ajouts qui le rendant légèrement plus accessible. Enfin, le jeu est dans l’absolu visuellement identique à son modèle avec toutefois une résolution évidemment adaptée à nos écrans HD actuels. Plus beau tout en conservant son aspect retro, SaGa Frontier Remastered ne trahit ainsi pas sa direction artistique réussie typique des J-RPG des années 90.

Malgré ces quelques ajustements, il ne faut pas se leurrer. Nous sommes toujours face à un jeu tout droit venu des années 90, une époque où, déjà, il était loin d’être considéré comme accessible. Un jeu qui plus est n’a pas bénéficié d’une localisation en français malgré les deux décennies qui se sont écoulées depuis sa sortie originelle, laissant uniquement le choix entre des textes en japonais et en anglais. Une barrière de la langue pas insurmontable vu le peu d’informations fournies par le jeu pour guider le joueur, mais qui ne va définitivement pas l’aider à toucher un nouveau public.