Multi-récompensé au Japon depuis ses débuts en 2016, Beastars est une des sorties phares de ce début d’année 2019 en France. Un manga qui, à la manière des contes pour enfants, cache derrière ses apparences de nombreux messages à l’égard de notre société.


beastars tome 1

Synopsis

À l’institut Cherryton, herbivores et carnivores vivent dans une harmonie orchestrée en détail. La consommation de viande est strictement interdite, et les dortoirs sont séparés en fonction des régimes alimentaires. Tout pourrait aller pour le mieux dans le meilleur des mondes… mais la culture ne peut étouffer tous les instincts. Quand le cadavre de l’alpaga Tem est retrouvé déchiqueté sur le campus, les méfiances ancestrales refont surface !
Legoshi est la cible de toutes les suspicions. Parce qu’il était proche de Tem, parce qu’il est une des dernières personnes à avoir été vues en sa compagnie, et surtout… parce que c’est un loup. Pourtant, sensible et timide, il fait son possible pour réprimer ses instincts. Hélas, ses efforts sont vains face au vent de discrimination qui souffle sur le pensionnat… Le seul qui pourra apaiser ce climat de terreur est le Beastar, le leader de l’école. Pour l’heure, les candidats se préparent, les élections approchent… Le favori n’est autre que le cerf Louis, étoile incontestée du club de théâtre auquel appartient Legoshi. Bien décidé à remettre les carnivores à leur place, il fait mine de ne pas craindre les crocs acérés du loup gris. Mais peut-être serait-il mieux avisé de ne pas le sous-estimer !

Beastars est édité chez Ki-oon et est vendu au prix de 6,90€.

Critique réalisée à partir d’un exemplaire fourni par l’éditeur.


Depuis que la littérature existe, les animaux ont régulièrement été utilisés par les auteurs pour caricaturer les comportements humains. Mise en scène des défauts dans un but éducatif ou critique des déviances de la société, la métaphore animale permet en effet d’aborder des thématiques sensibles tout en gardant une certaine distance avec le sujet, la rendant à la fois plus accessible et notamment auprès des enfants. Issu de l’imagination de Paru Itagaki, Beastars s’inscrit pleinement dans cette école en mettant en scène des animaux anthropomorphes vivant en harmonie, tout du moins en apparence, au seins d’un campus étudiant du nom de Cherryton.

En apparence, donc, car derrière la façade lisse de l’établissement, des règles strictes existent afin de permettre une cohabitation sans heurts entre carnivores et herbivores. Interdiction de consommer de la viande fraîche pour les premiers, dortoirs séparés en fonction des régimes alimentaires, ce fragile équilibre tient en fait plus du cadre rigide qui règle la vie du campus que de la confiance que les carnivores et herbivores peuvent avoir entre eux. Alors quand un lama du nom de Tem se retrouve assassiné, tous les regards se portent immédiatement sur Legoshi, son ami mais également un loup imposant faisant de lui le suspect idéal en raison de la réputation de prédateur sanguinaire collant à la peau de son espèce.

Cette histoire de meurtre, finalement plutôt expédiée rapidement, va servir de point de départ à Paru Itagaki pour dérouler son panel de personnage, chacun porteur d’un trauma. Il y a Legoshi, ce loup en apparence effrayante mais cachant une personnalité fragile, mais aussi Louis, ce cerf majestueux fier et hautain mais portant sur ses épaules (façon de parler) tout le poids des attentes qu’on envers lui ses camarades ainsi que l’obligation d’être irréprochable. Il serait trop long de faire une liste exhaustive de chacun des protagonistes et de leurs maux, mais tous sont très travaillés et contribuent à mettre en avant des maux de notre société. Racisme, mépris de classe, préjugés, victimisation, la liste est longue et les niveaux de lectures multiples, mais l’auteur arrive cependant à rendre le tout étonnamment digeste grâce à un réel talent d’écriture. Ce travail poussé sur les personnages a certes comme contrepartie une narration traînant parfois en longueur, mais plus que l’introduction d’un scénario ambitieux, ces deux premiers tomes de Beastars ont bien plus comme vocation à mettre sur pied un cadre riche et détaillé, chose dans laquelle ils excellent.

beastars manga
Beastars
Note des lecteurs0 Note0
Les plus
Le travail sur les personnages
Une allégorie de notre société moderne et de ses maux
La patte graphique de Paru Itagaki
Les moins
Quelques longueurs
8
Excellent
En deux mots
A la lecture de ces deux premiers tomes de Beastars, on comprend tout de suite pourquoi le manga de Paru Itagaki bénéficiait d'une telle aura avant de débarquer dans nos contrées. En mettant en scène des animaux anthropomorphes, l'auteur nous livre une oeuvre d'une grande richesse abordant avec beaucoup de finesse les nombreux maux de notre société actuelle. On attend la suite avec impatience.